Édition des 20 ans, villi® plus qu’un partenaire.

Créé en 1999 par Roland Le Blévennec, le festival a pour objectif de dynamiser l’expression musicale francophone actuelle. La programmation apprécie le texte, les émotions et l’innovation musicale. Voix de Fête invite des artistes sur une palette d’esthétiques variées, rassemblant toutes les tendances. Ils sont réunis, sur une même affiche, pour mettre en évidence la richesse de leur diversité.
Au fil du temps, le festival est devenu un rendez-vous incontournable pour les mélomanes, tout en restant une belle fête populaire qui se reforme chaque année pour fêter la musique.

Le concept

Fort de la conviction que la richesse et l’esthétique de l’expression francophone sont porteuses de créations, le festival Voix de Fête entend soutenir les artistes qui ont choisi de s’exprimer en français. À l’heure où les langues se mélangent, s’usent et parfois disparaissent, le parti pris de s’exprimer artistiquement dans sa langue est un acte culturel fort, qui mérite d’être porté. En mettant en avant les créations francophones, Voix de Fête propose un
fl orilège de styles musicaux et de variations possibles sur la langue française. Ainsi l’argot côtoie les belles lettres ou le chiac, dans des couleurs et des rythmiques
aussi variées que le permet le spectre des musiques actuelles.

Le fondateur

Roland Le Blévennec est né en 1950. Dès l’âge de 15 ans, il arpente les scènes comme rocker, guitariste, auteur-compositeur et tromboniste, pour aboutir à l’organisation de concerts, et à la création de festivals ouverts sur le monde. Avec une détermination digne des plus grands missionnaires, Roland s’est engagé pour la reconnaissance des musiques actuelles quand elles ne l’étaient pas encore. Membre actif de réseaux culturels dans la francophonie, il soutient la promotion des artistes suisses en région et à l’international.

Les artistes

Voix de Fête met en avant des artistes francophones afi n de leur offrir une plateforme d’expression. Cette année, le festival réaffi rme son souhait d’élargir sa programmation, en exposant plus encore les musiques actuelles francophones. Du rock au rap, en passant par l’électro-pop, le reggae, le blues… des artistes comme Juliette, Eddy de Pretto, Magyd Cherfi , Disiz la Peste, Arcadian.

 

Ludovic, responsable du service prépresse chez villi®, graphiste de Voix de Fête

 

Depuis combien d’années travailles-tu sur le festival Voix de Fête ?

« L’imprimerie travaille en tant que prestataire graphique et imprimeur du festival depuis l’édition 2011, soit à l’automne 2010. Mais nous imprimons les programmes mensuels de l’ASMV (Chat Noir), association organisatrice du festival, depuis pratiquement le début de nos activités respectives, au milieu des années 80. Le mandat du festival consiste à décliner tous les supports graphiques de l’évènement – affiches, dépliants, programmes –, mais aussi les produits dérivés tels que t-shirts, sacs, ou gobelets réutilisables, et ensuite à imprimer les supports pour lesquels nous sommes compétents. À cette période, la création graphique générale de l’édition était confiée à un artiste, illustrateur ou photographe reconnu de la scène genevoise, tels Zep, Tom Tirabosco ou JP Kalonji. »

Comment villi® est-il devenu le partenaire principal ?

« Au fur et à mesure des éditions, j’ai appris à connaître mon client, ses attentes, ses besoins, et donc à anticiper pour lui offrir le meilleur service possible. En 2014, le festival déménage à la Maison communale de Plainpalais, et se pose la question de donner un peu de vie à cet espace. On commence donc à penser la décoration du lieu, par le biais de quelques affi chettes et posters. C’est à Voix de Fête en 2014, en discutant avec Didier Villière, que l’on parle de démarrer une activité grand format, afin d’en maîtriser les coûts, la qualité, et surtout les délais. Nous avions l’habitude de travailler avec un confrère spécialisé dans ce domaine, mais la situation géographique très excentrée de l’imprimerie nous a poussé à regrouper, en interne, le plus de compétences et de services possibles, toujours dans le but de mieux maîtriser toutes les étapes d’un dossier. À l’automne 2014, c’est en discutant lors d’une soirée avec le client que tout se met en place. Il me fait part de ses besoins, me questionne sur nos capacités de production ; fort de tous ces éléments que je soumets l’idée à Didier. Le festival est l’occasion pour nous de nous lancer en grand, avec un client, un événement, un marché, et une belle visibilité sur Genève. Didier Villière et Guillaume Noyé (le nouveau directeur d’exploitation du festival) se rencontrent et définissent ensemble les termes d’un partenariat. En parallèle, nous investissons dans un traceur grand format professionnel, de façon à répondre aux commandes conséquentes que ce marché nous apportera.
Le partenariat, dans sa partie financière, est décidé et géré entre Didier et Guillaume. Mais toute la coordination, les besoins, volumes et délais sont discutés entre Guillaume et moi directement, dans les mois qui précèdent le festival. »

Quelles sont les valeurs ajoutées de ce partenariat pour villi® ?

« Je ne suis pas forcément qualifié pour mesurer l’impact réel de ce partenariat d’un point de vue purement financier. Par contre, tout est fait pour assurer une belle visibilité à villi®. Tous les supports sont marqués, intérieurs comme extérieurs. La situation du bâtiment, tant géographique qu’historique, mais aussi la renommée du festival, et son imbrication dans la vie culturelle genevoise font qu’il est quasiment impossible de ne pas voir tout le travail réalisé. Le but de ce partenariat était de montrer à nos clients traditionnels que l’on pouvait se positionner aussi sur le marché du grand format, de l’évènementiel, et répondre sans faillir au volume conséquent qu’un tel festival impose. Aujourd’hui, nous avons été consultés pour des prestations similaires, et le grand format est devenu une part non négligeable de l’activité villi®, preuve que ce partenariat a porté ses fruits. »

Quels sont les liens qui lient villi® à VDF ?

« Didier Villière et Roland Le Blévennec, fondateur de Voix de Fête, se connaissent et sont amis depuis plus de trente ans.
Je connaissais moi-même Roland avant d’intégrer l’imprimerie. J’ai découvert toute l’équipe de l’ASMV à mon arrivée chez villi® en 2004. Les clients sont devenus des copains, les copains sont devenus des amis, et aujourd’hui, je fais un peu partie de la famille. Depuis, l’équipe d’organisation s’est rajeunie : Roland Le Blévennec est parti
à la retraite, mais les mêmes liens étroits se sont tissés entre Priscille Alber et Guillaume Noyé, codirecteurs du festival depuis 2016, et Isabelle et Didier Villière, ainsi qu’avec moi. »

Peux-tu m’en dire un peu plus à propos de tes inspirations pour la charte graphique ?

« En octobre 2014, j’ai été mandaté, à titre privé, par Voix de Fête pour donner une nouvelle identité visuelle au festival. Nous sommes passés d’une communication
très colorée, imagée, à base d’illustrations, à quelque chose de plus sobre, tourné plus directement vers les artistes, avec
des photographies d’artistes locaux et émergents, le logo, défi ni depuis 2014, et une couleur principale dominante pour toute l’édition. Depuis 2015, j’ai alterné des couleurs chaudes et froides. J’ai aussi commencé à penser de façon plus globale, en intégrant toute la partie décoration, et donc d’autres dimensions, comme les éclairages, la peinture, ou la communication électronique, de plus en plus développée. En 2015, nous étions en vert pomme avec des damiers ; en 2016, nous étions orange avec des motifs à base de ronds ; et en 2017, violet avec des étoiles.
Cette année, pour les 20 ans de Voix de Fête, j’ai décidé d’ouvrir encore plus cette charte graphique vers l’avenir. En effet, après un mandat de quatre ans pour la création visuelle de Voix de Fête, j’ai pris la décision de laisser la place et de raccrocher la souris. Vingt ans, donc le double X en chiffres romains, sera le motif de l’édition 2018. J’ai aussi choisi la couleur rouge pour sa puissance, son intensité, et la bonne cohérence entre tous les médias, papiers, plastiques, électroniques, lumières. Mais pas que. Le rouge est aussi la couleur de la passion et celle de la Suisse.
Je n’ai pas travaillé seul sur cette édition, et si j’ai pensé et conçu la thématique générale, c’est Romain Baravaglio qui a su faire exploser ce « XX » en une multitude de polygones multicolores. » 

Propos recueillis par Manon Loyacono

20 ans couronnés de succès !

Les 20 ans de Voix de Fête furent couronnés de succès : avec plus de 16 000 visiteurs, cette édition confirme l’importance du festival dans la région genevoise. Nous souhaitons encore beaucoup de succès à notre partenaire qui, à notre sens, mène une belle action en mettant en avant la culture musicale et en aidant à promouvoir les artistes auprès du grand public suisse.

Carte de vœux en 2019 : la bonne idée ?

À la recherche d’une idée nouvelle et originale pour surprendre et faire plaisir à vos meilleurs clients et prospects pour la fin d’année ? Et si la bonne idée était la plus simple : la carte de vœux papier. Aujourd’hui plus que jamais, la tendance est au numérique,...

L’impression papier en 2018

Beaucoup de supports de communication se sont digitalisés à tout jamais ! Plus économique et plus viral, le numérique a pris la main sur le papier depuis quelques années. Certes, les volumes d’impression ont considérablement diminué, mais la qualité, la créativité et...

Le marketing en 2018

Le marketing a évolué et s’est adapté à l’avènement du digital. En effet, les techniques se sont métamorphosées depuis le temps d’Henry Ford et son idée arrêtée du marketing : « mes clients sont libres de choisir la couleur de leur voiture à condition qu’ils la...

Interview d’Olivier Favantines : chef de fabrication chez villi®

Quel est le rôle du chef de fabrication ? Pour un chef de fabrication, le défi quotidien est de respecter le planning. Pour cela, mon rôle est d’encadrer et d’organiser les différentes équipes : celle du prépresse, celle des conducteurs des machines d’impression et...

Pourquoi communiquer sur support papier ?

Malgré la digitalisation de nos supports de communication, le papier ne perd pas le nord. Au contraire ce phénomène lui permet de s’ennoblir et de prendre un caractère haut de gamme voire luxe. Aujourd’hui l’industrie papetière innove afin de proposer des papiers...

Share This